Madagascar : pour une meilleure gouvernance et gestion des mangroves

Photo
Madagascar : pour une meilleure gouvernance et gestion des mangroves

Madagascar : pour une meilleure gouvernance et gestion des mangroves

Résaux sociaux
Contenu

Louvain Coopération met en route une évaluation de la gouvernance et équité des mangroves protégées et conservées dans la zone d’intervention de son partenaire local, l’OPCI ALOKAINA, dans la région du Menabe, à Madagascar, avec le soutien du Fonds d'Action BIOPAMA. Celle-ci permettra d’évaluer le respect des acteurs et de leurs droits, la prise de décision, la transparence, la responsabilité, la résolution des conflits et la manière dont les coûts et les bénéfices sont répartis dans ces zones essentielles à la biodiversité de la planète.

Du 1er juin au 31 octobre, les équipes de LC et de l’OPCI mobiliseront les communautés locales ainsi que les acteurs publics et privés impliqués dans la gestion et la gouvernance des mangroves de la région, pour en faire un état des lieux.

Pour mener cette évaluation, ils utiliseront deux outils. Le premier, l’outil Site-level assessment of governance and equity (SAGE), développé par l’Institut International pour l’Environnement et le Développement (IIED). Cet outil sert à mesurer la gouvernance et équité des aires protégées et conservées. Le deuxième, l’Outil d’Intégration Environnementale (OIE), développé par Louvain Coopération, a quant à lui été conçu pour porter une attention structurée aux problématiques environnementales liées à un projet de développement économique. Il renseignera les équipes sur la situation de la gestion des forêts de mangroves.

L’objectif ? Formuler un plan d’aménagement et de gestion des ressources naturelles en tenant en compte des recommandations et des actions prioritaires identifiées durant l’évaluation. Les communautés locales recevront également un soutien pour :

  • Dissuader toute personne de commettre des infractions dans leurs sites conservés et restaurés ;
  • Identifier des activités alternatives leur permettant de respecter leur engagement pour la conservation des ressources naturelles ;
  • Une meilleure connaissance de leurs droits et devoirs.

De manière générale, cette évaluation permettra également de clarifier les rôles et les responsabilités des différentes parties prenantes dont l’OPCI et les instances nationales et régionales de l’Etat malgache.

Ce projet bénéficie du soutien financier de l'Union européenne et du Groupe des États ACP par le biais de BIOPAMA.

Biopama

 

Plus de news

16/09/2021
Cette fin d’année 2021 signe la fin d’un programme de cinq ans appuyé par la Direction Générale de Développement et Aide Humanitaire de la Coopération belge (DGD). [Un bilan… +
31/08/2021
Adrien Defer et Leila Mathot sont étudiants à l’UCLouvain et participent au cours IngénieuxSud. Ils travaillent sur un projet avec Aurélie Maillard et Richard Ekoué-Kouvah,… +
24/08/2021
Chloé Bassem et Victoria Gervais sont respectivement étudiantes en sciences des populations et du développement et en bioingénieur à l’UCLouvain. Dans le cadre du cours… +
17/08/2021
Pauline Vermeiren, Amelia Moore, Arthur Mahy et Gilles Prieur sont respectivement étudiants en bioingénieur et en ingénieur civil à l’UCLouvain et participent au cours… +
13/08/2021
Au Cambodge, l’impact du changement climatique sur l’agriculture est inquiétant et rend les producteurs très vulnérables. Dans cette région du monde, par endroits, les… +
10/08/2021
Valentin Coenen, Héloïse Nolf, Camille Van Eyll et Quentin Van Bambeke sont respectivement étudiants en ingénieur civil et en bioingénieur à l’UCLouvain et participent au cours… +